Du matériel classique : La guitare électrique Fender Esquire

La premier électrique de Fender a une allure unique.

La Fender Esquire représente un tournant historique dans l’évolution de la guitare. Elle est apparue pour la première fois dans les catalogues au printemps 1950 et a précédé de plusieurs mois l’annonce de l’automne 1950 du télédiffuseur – qui a ensuite été rebaptisé le Telecaster en raison de la lettre de cessation et de désistement de Gretsch.

Les guitares Esquire et Broadcaster/Telecaster ont été les premières guitares électriques à corps solide à entrer dans la production de masse, et 67 ans plus tard, remarquablement peu de choses ont changé en termes de conception de base. Jusqu’à ce jour, ils demeurent des instruments populaires, témoignant de caractéristiques pratiques mais avant-gardistes qui ont incroyablement bien résisté à l’épreuve du temps.

fender-esquireLeo Fender s’est lancé dans la conception d’une guitare électrique de style espagnol qui était moins sujette au larsen que les guitares semi-acoustiques et aussi facile à entretenir. Il y est parvenu grâce à des innovations simples mais efficaces, à commencer par un corps solide, un col boulonné, un pont entièrement réglable et des perches individuelles.

Son collègue de Fender, George Fullerton, a dessiné la forme du corps, désormais emblématique, et l’instrument naissant a été fièrement dévoilé lors du 49e salon NAMM en juillet 1950, au prix de 139,50 $.

Pendant une courte période de temps, de septembre 1950 à janvier 1951, Fender a cessé la production d’Esquires alors qu’ils augmentaient la production du Broadcaster. Lorsque l’Esquire a refait surface, il a été offert à 149,50 $ comme solution de rechange moins coûteuse que le double pick-up Broadcaster/ Telecaster à 189,50 $.

Bien que les deux modèles de guitare aient été acheminés pour deux micros et soient dotés d’un interrupteur à trois voies, le modèle Esquire à un seul micros était doté d’un système de câblage unique qui permettait de sélectionner trois modes (par opposition à la commutation entre micros) : coupe haut de gamme, commande de tonalité engagée et commande de tonalité contournée dans les positions avant, centrale et arrière respectivement.

Bien que certains des tout premiers exemplaires de l’Esquire aient été assemblés avec un corps en pin et peints en noir afin de dissimuler l’aspect naturel relativement inesthétique du bois, les modèles de production réguliers ultérieurs étaient généralement construits avec un corps en frêne et un manche en érable dur/rocher.

Les propriétés acoustiques naturelles de ces bois, associées aux micros à bobine unique de Fender, ont donné à la guitare un son brillant et percussif avec une attaque vive et beaucoup de propriétaires d’Esquire vous diront qu’ils ont un caractère tonal plus agressif et grossier que leur frère ou sœur, le Telecaster.

Avec le Broadcaster/Telecaster, ces guitares Esquire au finition  blonde cendré sont largement considérées comme étant parmi les meilleures  jamais construites, ce qui signifie qu’elles sont aussi très collectionnables. Mais en 1954, la finition a été éclairci pour devenir plus crémeux, plus blanc cassé et le garde-pics en bakélite noire a été remplacé par un matériau ABS blanc, marquant ainsi la fin de l’ère classique de la production de’blackguard’.

En raison de sa simplicité et de sa polyvalence, l’Esquire a trouvé sa place dans les mains de nombreux grands joueurs au fil des ans, dont Bruce Springsteen, Syd Barrett de Pink Floyd, Jeff Beck et Joe Walsh des Eagles. Loin d’être un parent pauvre de la Telecaster, c’est un classique à part entière. Essayez-en un, si ce n’est pas déjà fait.

1956 Fender Esquire

1. Numéro de série

esquireCinq chiffres estampés sur une plaque de col en acier (normalement entre 09000s et 16000s).

2. Poupée

Arbre à clip’Butterfly’ ; logo’spaghetti’ argenté et décalcomanie « ESQUIRE ».

3. Plastiques

Protège-pinces en plastique ABS blanc à une seule couche ; embout sélecteur de style’haut-de-forme’ noir.

4. Matériel

Accordeurs Kluson Deluxe’Single Line’ ; plaque de pont en métal estampillée « FENDER PAT. PEND. avec ancre à travers le corps ; selles de pont en acier ; 2 boutons en laiton chromé et moleté (volume et tonalité) ; sélecteur à trois voies ; panneau de commande chromé ; prise d’entrée latérale encastrée.

5. Pickup

Capteur à pont à bobine simple à fond noir incliné avec pièces polaires décalées ; trois modes (coupe haut de gamme, contrôle de tonalité enclenché et contrôle de tonalité bypassée) via un sélecteur ; potentiomètres de tonalité et de volume.

6. Corps

Frêne massif avec finition blonde blanc cassé ; coupe simple ; acheminé pour deux camionnettes.

7. Cou

Manche monobloc en érable dur/rock avec 21 frettes ; grand profil’soft-v’ ; crayon marqué « XA-5-5-56 » (Xavier Armenta-May-1956) sur le talon.

Nous aimerions remercier James Ready du groupe Walkway pour nous avoir permis d’examiner ce spécimen rare.

Évolution de l’Esquire Fender Esquire

1950 : Présenté (certains avec corps en pin, finition noire et pickguard blanc)
1951 : Corps en frêne avec finition blonde caramel et pickguard noir.
1952 : Les vis à tête cruciforme commencent à remplacer les vis à tête fendue.
1954 : Finition blonde blanc cassé ; garde-pinces en ABS blanc ; selles à chevalet.
1955 : Les poteaux en quinconce remplacent les poteaux plats ; finition ensoleillée disponible.
1957 : Profil’v’ prononcé au niveau du cou
1958 : L’ancrage de pont à chargement par le haut remplace l’ancrage à travers la carrosserie.
1960 : Réintroduction de la conception de l’ancre’Through body string’.
1964/65 : Introduction des points Pearloid sur le manche ; les micros à fond gris remplacent les micros à fond noir.
1970 : Abandonné

Visiter nos réseaux sociaux, et n'hésitez pas à partager un article si il vous l'avez aimé !
Pour marque-pages : Permaliens.